L’avenir de la médecine régénérative : Les cellules souches pluripotentes et les vésicules extracellulaires

 

Les progrès rapides dans le domaine de la recherche sur les cellules souches ont établi des bases solides pour leur utilisation dans les applications de médecine régénérative des tissus blessés ou malades.

De plus en plus nombreuses, des preuves indiquent que certains résultats thérapeutiques observés de la thérapie à base de cellules souches sont dus aux effets paracrines ( messagers chimiques agissant dans le voisinage de la cellule qui les a synthétisés ) plutôt qu’à la greffe et à la survie à long terme des cellules transplantées. Étant donné leur capacité à franchir les barrières biologiques et à assurer le transfert d’informations intercellulaires des molécules bioactives, les vésicules extracellulaires sont étudiées en tant qu’agents thérapeutiques potentiels sans cellules.

 


 

The Future of Regenerative Medicine: Cell Therapy Using Pluripotent Stem Cells and Acellular Therapies Based on Extracellular Vesicles

Margot JarrigeElie FrankElise HerardotSabrina MartineauAnnabelle DarleManon BenabidesSophie DominguesOlivier ChoseWalter HabelerJudith LorantChristine BaldeschiCécile MartinatChristelle MonvilleLise MorizurKarim Ben M’Barek. Cells 2021. PMID: 33513719, DOI: 10.3390/cells10020240 .
 
 

Dans cette revue, les chercheurs d’IStem abordent d’abord l’état de l’art de la médecine régénérative ainsi que ses limites et défis actuels, avec une attention particulière sur les produits dérivés de cellules souches pluripotentes pour réparer des organes comme l’œil, le cœur, le muscle squelettique et la peau. Ils se concentrent ensuite sur les rôles bénéfiques émergents des vésicules extracellulaires pour soulager ces états pathologiques et abordent les obstacles et questions opérationnelles de cette stratégie acellulaire. Enfin, ces chercheurs discutent des orientations futures et examinent comment l’intégration minutieuse des différentes approches présentées dans cet article pourrait contribuer à potentialiser les résultats thérapeutiques dans les modèles précliniques et leur mise en œuvre des bonnes pratiques de fabrication (good manufacturing practice, GMP) pour les futurs essais cliniques.