Progéria : découverte du mécanisme préservant les cellules neurales du vieillissement prématuré

Des chercheurs d’I-Stem, en collaboration avec l’équipe du Dr. Nicolas Lévy, ont découvert chez des patients atteints de progéria, -maladie rare entrainant un vieillissement global, prématuré et accéléré de l’ensemble des tissus et organes -, un mécanisme préservant leur système nerveux central de ce processus. Ces travaux, publiés le 21/06/2012 dans la revue Cell Reports supportent l’existence du microARN miR-9 à l’origine de cette neuroprotection.

La progéria est une maladie rare entrainant un vieillissement global, prématuré et accéléré des patients. D’un point de vue clinique, l’ensemble des tissus et organes de ces patients semble atteint, à l’exception d’un, le système nerveux central. L’équipe du Dr. Xavier Nissan de l’Institut I-Stem dirigé par le Dr Marc Peschanski, est parvenue à identifier un mécanisme moléculaire qui, dans la progéria, protège les cellules neurales d’un vieillissement accéléré. Ce travail, publié dans la revue Cell Reports le 21 juin 2012, a été mené en collaboration avec l’équipe du Dr. Nicolas Lévy (Unité Inserm/UMRS910, Faculté de Médecine La Timone – Université de la Méditerranée). Ces recherches supportent l’existence d’un microARN, miR-9, à l’origine de cette neuro-protection et permettent de comprendre pourquoi les fonctions cognitives des patients atteints de cette maladie sont préservées.

 

<< Retour à la rubrique « Communiqués de Presse »