Cellules souches et brevets (mars-octobre 2011)

Les brevets impliquant l’utilisation de cellules souches embryonnaires humaines seraient menacés de par la confusion faite entre ces cellules et l’embryon surnuméraire dont elles sont issues. Il est nécessaire de prendre en compte la réalité scientifique et de permettre d’exploiter en Europe nos découvertes biomédicales, au bénéfice de la santé publique européenne.

L’incompréhension était forte ces dernières années entre la communauté scientifique et l’office de brevet européen – le fossé s’aggrave encore avec la prise de position le 10 mars 2011 de l’avocat général de la Cour de justice européenne pour une interdiction pure et simple de tout brevet impliquant des cellules souches embryonnaires humaines.

Treize scientifiques européens de premier plan, chacun chargés par la Commission européenne de coordonner un consortium de recherche sur les cellules souches embryonnaires ou adultes, s’indignent publiquement de la tournure du débat. Il est nécessaire de prendre en compte la réalité scientifique et de permettre d’exploiter en Europe nos découvertes biomédicales, au bénéfice de la santé publique européenne. Les lignées de cellules souches embryonnaires ne sont pas des embryons. Elles sont dérivées d’embryons surnuméraires provenant de fécondation in vitro, et donnés à la recherche. Ces cellules peuvent ensuite être cultivées indéfiniment in vitro pour former des banques, mais en aucun cas ces cellules peuvent redonner un embryon. L’argument du commerce d’embryon est parfaitement déplacé. Il est également incorrect en l’état actuel des connaissances de suggérer que les cellules induites à la pluripotence (iPS) peuvent les remplacer pour développer de nouvelles thérapies cellulaires. Une interdiction de brevetabilité revient à exploiter hors d’Europe les découvertes réalisées par les organismes de recherche Européens. Il semble improbable que les malades européens soient exclus des thérapies qui en découleront, les services de santé publiques européens les achèterons donc au prix fort aux autres régions du monde.

 

La Presse en parle …

Ci-dessous, quelques articles, en anglais pour la plupart :

 

<< Retour à la rubrique « Dossiers thématiques »