Une nouvelle source de mélanocytes pour la recherche clinique des pathologies pigmentaires grâce aux cellules souches.

Des chercheurs d’I-Stem viennent de mettre en place une méthode permettant d’obtenir une population homogène de mélanocytes, cellules responsables de la pigmentation de la peau. Ce travail, publié dans la prestigieuse revue Proceedings of the National Academy of Sciences en date du 19/08/2011, ouvre de nouvelles perspectives dans l’étude et le traitement de pathologies pigmentaires.

Après avoir reconstitué un épiderme à partir de cellules souches pluripotentes en 2009, l’équipe de Christine Baldeschi de l’Institut I-Stem (I-Stem/Inserm UEVE U861/AFM), dirigée par Marc Peschanski, vient de lui donner sa couleur : les chercheurs ont obtenu in vitro, avec la même stratégie, des mélanocytes fonctionnels, ces cellules qui pigmentent la peau et la protègent des rayons UV. Cette ressource cellulaire illimitée pourrait à terme être proposée, comme alternative thérapeutique, aux patients atteints de troubles de la pigmentation de la peau, d’origine génétique ou non, tels que le Vitiligo. Ces travaux, financés notamment grâce aux dons du Téléthon, sont publiés dans la revue PNAS datée du 19 août 2011.

 

<< Retour à la rubrique « Communiqués de Presse »