Medecine/Sciences

Les cellules souches embryonnaires humaines révèlent l’existence d’une région hautement instable du génome